Forêt de Saoû - Vallée du Roubion

UN PETIT COIN DE PARADIS

Nichée au cœur du plus beau synclinal perché du monde, la forêt de Saoû étale ses 2500 hectares sur les flancs escarpés de ce gigantesque vaisseau de pierre entouré de falaises de calcaire. Classée « Espace Naturel Sensible » et gérée par le Département, elle propose aux amoureux de la Nature une faune et une flore d'une variété remarquable. Des kilomètres de sentier permettent à tous les publics de la parcourir en tous sens, mais la promenade la plus classique est celle qui conduit au sommet des Trois Becs, ces pyramides emblématiques de la Drôme qui culminent vers 1600 mètres. Site naturel le plus visité du département, la forêt de Saoû a, du Néolithique à la Résistance en passant par les Huguenots, souvent servi de refuge aux hommes. Elle propose, également, un patrimoine bâti chargé d'histoire comme la splendide Auberge des Dauphins construite, dans le style du Petit Trianon, par l'excentrique milliardaire alsacien Maurice Burrus, en 1930, ou comme la chapelle Saint Médard perchée sur une crête et d'où le panorama, des Alpes au Vivarais, au dessus des vallées du Rhône et de la Drôme, est exceptionnel. Les villages qui entourent ce site unique, souvent perchés autour de leurs châteaux, de leur églises ou de leurs temples, ont su garder le charme authentique d'une campagne drômoise attachée aux beaux produits du terroir et accueillante pour les artisans d'art. On passe parfois par hasard dans ce site naturel protégé mais on y revient toujours par passion.

a ne pas manquer

 

Saoû

Dans son écrin de falaises, blotti au pied de son immense rocher « Le Roc », le village de Saoû est l'un des plus attrayants de la Drôme. Paradis des randonneurs à pied, en VTT, à cheval ou à dos d'ânes, c'est aussi un des sites phares de l'escalade avec 600 voies de tous niveaux. Connu mondialement pour son festival « Saoû chante Mozart », Saoû propose aussi de nombreuses fêtes (Fête du Picodon, Foire aux Fruits d'Hiver,...) réputées pour la qualité de leurs producteurs et artisans d'art et pour leurs ambiances joyeuses et conviviales. Du beffroi de l'abbaye Saint Tiers à la médiévale rue de l'Oume, on aura plaisir à flâner au fil des canaux et de la rivière Vèbre.

 

Soyans

Remonter la « calade » (rue pavée de galets) du vieux Soyans, c'est comme remonter dans le temps ou feuilleter un livre d'Histoire. Entre deux rangs de maisons, souvent datées, parfois ornées de sculpture, le promeneur arrive devant l'imposante ancienne porte des remparts abritant la petite chapelle Sainte Philomène. Un escalier permet de monter aux ruines du château qui domine les gorges du Roubion. Ce véritable « nid d'aigle » fut un des châteaux les plus importants de la Drôme mais souffrit des guerres de religion et de la Révolution française. A ses cotés la très belle église romane Saint Marcel abrite des fresques originales. Du sommet, la vue sur la montagne de Saoû est exceptionnelle.

 

Le Poët-Celard

Petit village drômois par excellence et, sans doute, un des plus beaux, le Poët-Celard s'atteint par une route pentue qui domine la vallée du Roubion. Après il faut vite laisser sa voiture pour se promener à pied dans les rues médiévales qui s'élèvent toutes vers le château admirablement restauré. Du XIIIème siècle à nos jours, ce lieu est chargé d'histoires souvent liées aux guerres de religion et l'ombre du grand Calvin, qui y aurait séjourné, n'est pas la seule à veiller sur la forteresse. De là-haut, et devant ce panorama admirable, on oublierait vite que nous sommes au XXIème siècle !